-> Reconnaître un bon coach

La vidéo a été tournée pour  une entreprise du CAC 40  à l’occasion d’une convention organisée au Stade de France  pour les Managers avec Bang Production dirigé  par Fabrice Michelin.  

Les interviews ont été réalisés par Nelly Michelin . Directrice de l’institut du coaching

Magalie Baton  est judokate française. Elle a obtenu une médaille de bronze au Championnat du monde à Paris (1997), et vice championne d’Europe 1999

407_001

J’ai apprécié la clairvoyance de Magalie lorsqu’elle parle d’elle-même et de sa relation avec son entraineur. J’ai adoré la sensibilité et l’authenticité de Magalie ainsi la qualité de ses émotions.

Son  enthousiaste pour parler de son expérience. J’ai constaté sa maturité lorsqu’elle reconnaît que ce n’est pas un métier facile d’être coach car on est là pour l’autre. Quel message pour le leadership !

C’est exceptionnel chez un joueur d’avoir autant de perceptions justes de l’impact de l’attitude  du coach sur ses émotions et sur les résultats. J’ai compris le respect qu’elle avait pour la personne de l’entraineur. Elle n’accuse personne, elle dit simplement ce qui était difficile et bien pour elle.  Elle a osé changer d’entraineur pour gagner.

Au contraire elle valorise le bon coach, car elle est consciente  qu’il participe à sa réussite. J’ai adoré la reconnaissance qu’elle avait pour son entraineur. C’est une histoire a deux que le résultat. Elle le dit clairement. Il ressort toute sa sensibilité et sa reconnaissance. D’autant plus qu’elle commençait ce métier difficile au moment des entretiens.

Ce n’est pas évident de bien se connaître et de percevoir  ce qui est bon pour soi et de prendre la décision de changer d’entraîneur. Car dans la culture du  sport , si le manager ne permet pas au joueur  d’exprimer son potentiel technique, physique et mental, le joueur change d’entraineur. Cela marque la responsabilité de l’entraineur dans son rôle et l’implique dans les résultats

Dans l’entreprise c’est l’inverse. On accuse le collaborateur et le manager fait reposer la faute sur lui. Ce manager là n’a pas pris la mesure de ses responsabilités : faire évoluer ses collaborateurs.

Magalie exprime clairement que le coach qui lui a permis de gagner ses médailles avait la juste distance avec elle. Elle mesure l’impact sur ses émotions sur les résultats.

Elle se souvient des paroles de l’entraineur qui lui ont donné sa confiance : cette confiance si fragile chez les joueurs souvent liée au succès.

background-blue-blocks-strips-pixel-dark-textures-wallpapers-wallpaper-minimalism-large

Elle se souvient : « Il était souriant lorsque je montais sur le tatami, il me faisait confiance ». Vous remarquerez  alors l’attention formidable du joueur sur l’entraineur et réciproquement. Vous mesurez l’impact de la communication non verbal sur les émotions du joueurs : 75 % de la communication est non verbale.

Je suis heureuse d’avoir perçu que Magalie a mesuré l’importance.

Tous les joueurs que j’ai préparés durant 10 ans recherchaient «  la constance émotionnelle pour obtenir les critères de la performance qui engendrent la constance des résultats ». Le vrai leader est celui qui par sa personnalité,  son attitude et sa communication permet aux personnes de garder les critères de la performance : confiance, calme, concentration, créativité et combativité.

 

Les joueurs demandaient de travailler sur :

–          Eux même pour acquérir la distance émotionnelle vis à vis des enjeux, des doutes, des échecs, des peurs, du regard de l’autre ect

–          La qualité de la relation avec l’entraineur

 

Ceci pour rester confiant, calme, concentré, créatif, combatif et réussir les  enjeux.

Belle démarche.

Cette connaissance-là demande, réflexions, attention sur soi et clairvoyance.

Je remarque que les sportifs ont plus facilement cette lucidité que les personnes des entreprises. La pression des enjeux, des résultats créer un processus permanent de remise en question de soi et de la relation avec l’autre.

Si l’on revient à l’entreprise,  la question se pose de l’importance de mener des entretiens « en Miroirs » pour faire exprimer les deux personnes.

Parmi les sujets clefs des collaborateurs, on distingue :

–          L’importance de la présence physique

–          Le besoin de feedbacks encourageant

–          L’expression de ses besoins

Cela a pour conséquence …

–          Le dépassement de soi

–          La responsabilité du Manager doit être engagée  

 

Le leader se doit d’être très attentif aux signes pour proposer des entretiens, où il pourra également s’exprimer en Miroir.